Actualités

25.01.2017

La vallée de Göscheneralp, paradis des chèvres

Dans la vallée de Göscheneralp (UR) se situe une ferme de montagne, à 1600 mètres d’altitude, dans laquelle vit le jeune berger, Christian Näf, et ses 85 chèvres. D’origine toggenbourgoise et titulaire d’un CFC en agriculture, son but est de reprendre le domaine qu’il loue depuis sept ans, afin de continuer d’y pratiquer une agriculture écologique et produire des fromages de chèvres. Pour récolter les fonds nécessaires, il s’est adressé à la plateforme de financement participatif 100-days.net sur laquelle il cherche 60'000 francs. La BAS soutient le projet avec 1000 francs.

Lorsqu’il était encore enfant, Christian Näf s’occupait déjà de chèvres. Il passait tous ses étés avec sa famille sur la Göscheneralp et assistait le paysan d’alors avec ses bêtes. Après un apprentissage et l’obtention du diplôme d’agriculteur, Christian Näf a pu réaliser son rêve et il loue depuis sept ans le domaine. Les 85 chèvres, surtout de la race col noir du Valais et quelques chèvres alpines chamoisées, séjournent toute l’année dans la vallée de la Göscheneralp.

De la passion et un dur labeur
Le travail en terrain pentu représente un réel défi ; il  se fait essentiellement à force de bras et exige de la passion autant que de l’endurance, par  exemple, lorsqu’il s’agit d’aller faucher en terrain escarpé, de mettre des clôtures aux abords des falaises, ou encore, de rassembler chaque jour les bêtes pour la traite. Trois employés secondent Christian Näf durant l’été et ensemble ils transforment chaque jour 160 litres de lait en fromage de chèvres d’alpage. La production de  viandes séchées, de saucisses crues salziz et de quelques autres articles complète l’assortiment qui est vendu dans la région.  

Une économie d’alpage durable
Le travail de Christian Näf vise à sauvegarder la biodiversité et les traditions d'alpage. Il exploite les lieux selon des critères de durabilité et de manière extensive, afin de préserver faune et flore. Malgré son labeur quotidien, son approche innovante et une bonne base de subventions, il ne dispose pas de suffisamment d’argent pour racheter le domaine, car le bâtiment, les deux étables et huit hectares de terrain coûtent 450'000 francs.

La BAS soutient le projet Avec un don de 1000 francs. En 2017, elle sélectionne chaque mois un projet particulièrement écologique et social présenté sur la plateforme de crowdfunding 100-days-net. En rachetant l’exploitation de montagne, le jeune agriculteur peut exploiter l’alpage de manière durable et innovante.

 

 

 

plus d'information:

Plus d'information sur le projet sur 100-days.net: http://www.100-days.net/de/projekt/geissenparadies/Project

100-days.net est une plateforme qui récolte  exclusivement des dons. Aucune risque n’est pris en charge ni par la plateforme, ni par la BAS.