Actualités

13.03.2020

Les marchés réagissent aux perturbations causées par le COVID-19 difficiles à évaluer

Un commentaire de Bruno Sonderegger, responsable de l'asset management à la BAS.
 
Que s'est-il passé jusqu'à présent ?

Depuis la mise en place de méthodes de mesures plus précises à la mi-février, le nombre de personnes infectées et de décès causés par le coronavirus a été corrigé à la hausse. De plus, le virus a trouvé son chemin jusqu'en Europe, notamment. Ces facteurs ont entraîné une forte correction des cours sur les marchés boursiers en février. Dans l'intervalle, près de 135'000 (situation à 13.03.2020) personnes dans le monde auraient été infectées par le nouveau coronavirus. Alors qu'en dehors de la Chine les cas d'infections continuent d'augmenter, les premiers signes en provenance de Chine indiquent que les nouvelles infections sont déjà en recul.  

Que pensez-vous qu'il va se passer ensuite ?

Bien que le nouveau coronavirus ne puisse être comparé qu'indirectement avec le cas du SRAS, il existe une forte probabilité que les cas d'infections baissent déjà au deuxième trimestre et que l'attention se détourne progressivement du sujet. Alors que l'on peut supposer une baisse de la croissance économique pour le premier semestre de l'année, les semestres suivants pourraient déboucher sur une reprise plus forte en raison d'un rattrapage de commandes. Les mesures déjà prises et prévues par les banques centrales (telles que la baisse précoce et inattendue des taux d'intérêt par la Réserve fédérale américaine), les gouvernements et les organisations pourraient renforcer la confiance des investisseuses et investisseurs quant à l'évolution conjoncturelle. 

Quelle est notre position ?

Même si nous pensons que de nouvelles corrections sur les marchés des actions sont probables dans les mois à venir en raison du coronavirus et que nous nous attendons à une volatilité accrue, nous nous en tenons à notre exposition neutre aux actions dans nos mandats. Nous veillons à une large diversification en recourant à différentes catégories d'actifs afin de nous préparer à la volatilité accrue des marchés financiers. Tout comme les dévaluations rapides sur les marchés boursiers, des reprises peuvent se produire sans avertissement en quelques jours, auxquelles une investisseuses ou  investisseur n'aurait pas pu participer suite à une vente de panique, détruisant ainsi de la valeur du portefeuille.

Actualités sur le même thême :
Avertissement : des criminels profitent du Coronavirus