Mitage du territoire

Dossier

18.06.2012

La Banque Alternative Suisse engage la lutte contre le mitage

La Banque Alternative Suisse (BAS) est la première banque en Suisse à mesurer les atteintes au paysage des projets de construction qu’elle finance. Elle exclut l’octroi d’un crédit hypothécaire aux projets induisant un degré de mitage élevé.

En Suisse, près d’un mètre carré de sol est urbanisé chaque seconde. Des études récentes montrent qu’entre 2002 et 2010, la superficie des zones d’habitat a augmenté en Suisse de quelque 170 kilomètres carrés. La Banque Alternative Suisse a développé un instrument pour mesurer les atteintes au paysage des projets de construction qu’elle finance. Lorsque ceux-ci induisent un degré de mitage élevé, l’octroi d’un crédit hypothécaire est refusé.

Immeubles durables, un enjeu majeur pour la BAS

Le financement d’immeubles apportant une plus-value écologique et sociale représente un enjeu majeur pour la BAS. En tant que banque centrée sur l’éthique, elle se concentre, entre autres, sur l’octroi de crédits à des projets qui favorisent la densification des constructions en zones urbaines ou la reconversion de bâtiments industriels. « La BAS joue ainsi, depuis longtemps déjà, un rôle important dans la lutte contre le mitage. Avec ce nouvel instrument de mesure, la BAS franchit une étape supplémentaire et ajoute à ses outils d’évaluation de la durabilité immobilière un composant novateur », indique Martin Rohner, président de la direction de la BAS.

Un instrument de mesure complet

La BAS a développé l’instrument en collaboration avec Christian Schwick du bureau d’experts-géographes Schwick+Spichtig. Le calcul du degré de mitage prend en compte trois facteurs : la pénétration urbaine, la dispersion des surfaces bâties et la densité de population et d’emplois. « C’est la réunion de ces trois paramètres dans une même formule qui est fondamentalement novatrice », explique Christian Schwick. La BAS recourt à cet instrument depuis le 1er juin 2012 dans le cadre d’études préliminaires destinées à déterminer l’opportunité d’un financement immobilier.

La BAS assume ses responsabilités de banque

« Nous sommes persuadés qu’il existe encore en Suisse de nombreuses régions à forte concentration urbaine qui pourraient être mieux exploitées pour répondre au besoin en habitats attrayants ou en surfaces commerciales bien équipées », estime Martin Rohner. L’instrument incite à mieux utiliser ces surfaces. La BAS montre de quelle manière une banque peut assumer ses responsabilités en matière de mitage.